Jeux cyclistes en Bretagne (2) : La course aux archives, Rennes – St-Malo – Brest

Rennes

Vélo TERLe dimanche des festivals se succédant au lundi du travail, je me mets en selle de bonne heure en direction des Archives Départementales d’Ille-et-Villaine. Comme dans la quasi-totalité des archives territoriales cette année, en France et ailleurs, l’exposition des documents 1914-18 me situe tout de suite en mileu de la période ciblée, mais sur un ton bien plus sombre. N’oublions pas que la bicyclette est elle aussi partie en guerre ! Pour ce qui est des fonds, une belle collection d’affiches cyclistes dont une partie déjà numérisée, ainsi que de nombreuses photos et cartes postales d’époque, des courses de fin de siècle aux cortèges de bicyclettes décorées pour les fêtes des fleurs, en passant par des scènes de plage où les vélos se font plus ou moins nombreux selon le lieu et l’année. Dans une autre veine : le débat méné vers 1893 entre Jules Rouxel et Georges Jarrier autour de la noblesse du cheval et de la (perfide) influence démocratique de la bicyclette — le tout sur un ton parfaitement sérieux, mais difficile de nier l’effet comique que suscite ce genre de polémqiue 120 ans après.

Autres visites à Rennes : la collectoin Dreyfus du Musée de Bretagne (une dimensioin cycliste finalement assez mineure, malgré la caricature assez connue de  Zola sur son vélo en 1898…), et la merveilleuse Bibliothèque des Champs Libres, qui dispose d’une collection historique sur le vélo à laquelle il faudra revenir.

St-Malo

St-MaloEt puisque les débuts bourgeois des loisirs à bicyclette se conjuguent avec les vacances à la mer, une matinée riche en découvertes aux Archives Municipales de St-Malo. Les archives de la ville même ont été détruites pendant la guerre, mais celles de la commune voisine de St-Sevran conservent de nombreux documents faisant état de l’importance de la bicyclette dans l’organisation des fêtes saisonnières. Aux années 1890, les TGV (Transports de Grande Vitesse) du Chemin de Fer de l’Est accordent même des tarifs préférentiels aux « Sociétés de gymnastique, de tir, de vélocipédie et de musique se rendant à des Concours et Fêtes ou en Excursion« , et les courses cyclistes comprenaient des catégories « Vitesse » (« Réservée aux véloces Sévrannais et Malouins » et « Internationale ») ainsi que « Tricycles » et « Monocycles ».

Brest

Troisième étape du périple breton : les Archives Municipales de Brest, qui, à part son fonds iconographique et bien d’autres choses encore, détient les archives des clubs tels que le Véloce-Club Brestois (fondé 1892), La Pédale Ouvrière Brestoise (fondé 1895), et L’Amicale Cycliste des Électriciens de Brest. Ce qui permet d’explorer l’évolution du vélo comme objet de sport et de loisir en fonction des rapports de classe sociale. Si, depuis sa construction en 1892 jusqu’à sa démolition en 1937, le mythique Vélodrome de Kérabécam a surtout été un lieu de sport, il faut aussi noter une mise en avant du cyclimse militaire dans les affiches de courses et dans les demandes de subventions de la ville — dimension quasi-absente des événements cyclistes dans les stations balnéaires.

Comme partout, les trésors des archives ne manquent pas et il faudra sans doute revenir à l’automne rien que pour un nouveau fonds Paris-Brest-Paris en cours de classement. Sur ce, je tiens à saluer le travail des archivistes, toujours plein de conseils sur les fonds en complément de la cotation écrite, et surtout prêts à rendre service. J’ai eu la chance d’être accompagné dans mes recherches par mon ami Philippe, archiviste au CRBC à l’Université de Bretagne Occidentale, qui m’a mis en contact avec la quasi-totalité des bibliothèques et archives de la région (merci Philippe !!), mais le nombre et la qualité des réponses récues m’a beacoup impressionné (merci tout le monde !!). J’espère rendre justice à leurs efforts…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *